Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Declan McKenna, la sensation venue d’Angleterre

0

Retenez bien ce nom, on risque d’en entendre parler dans les années à venir : Declan McKenna. Âgé de seulement 18 ans, le jeune prodige anglais a déjà tout d’un grand.

Glastonbury, Jeff Buckley et des chansons engagées

Originaire de Hertfordshire, dans le sud de l’Angleterre, Declan McKenna est loin de vivre une adolescence ordinaire.

Alors qu’il avait 15 ans, le jeune britannique s’inscrit au concours des talents émergents du festival Glastonbury. Un concours comme un autre, dans lequel il n’avait pas grand espoir. Et pourtant ! Se produisant sur la scène du mythique festival, Declan McKenna emporte le concours avec son morceau « Brazil ».

« Je n’attendais pas grand-chose de mon inscription à cette compétition. J’avais l’habitude de faire ce genre de tremplins, sur d’autres petits festivals. Un beau jour ça s’est fait à Glastonbury et je me suis retrouvé à jouer devant 6000 personnes. C’était assez fou, autant d’y jouer que de voir tous les autres groupes se produire dans ce festival géant. À la fin du week-end, j’ai gagné 5000£ et j’ai été signé chez Columbia Records. »

Un démarrage hors du commun, pour un jeune homme loin des clichés accolés à son jeune âge. Et pour cause, à 15 ans, Declan McKenna écrit déjà sur des thèmes très matures, comme son titre « Brazil ».

« Cette chanson parle de la corruption et de l’inégalité autour de la Coupe du Monde au Brésil. Je l’ai écrite en été 2014 seul chez moi à une époque où je pensais que personne n’écouterait jamais ce que je faisais. Ça a commencé avec un simple riff de guitare et c’est devenu une chanson. C’est venu par accident, j’étais supposé jouer dans la rue pour récolter un peu d’argent ce jour-là mais j’étais trop fatigué donc je suis resté seul à la maison à jouer de la guitare et « Brazil » est sortie. »

« Paracetamol », une autre de ses chansons, très remarqué, aborde le thème du genre.

« J’ai écrit ce morceau en février 2015 après avoir entendu l’histoire de Leelah Alcorn, une adolescente transsexuelle qui s’est suicidée. Ça m’a beaucoup affecté et je n’arrêtais pas d’y penser. (…) C’était surtout pour retranscrire en musique ma réaction face à des sujets qui me parlaient. D’autant plus que je n’avais pas trop de sujets personnels sur lesquels écrire, à part l’école, ce qui n’est pas foufou. Donc le choix s’est vite fait. Ce sont des thèmes qui suscitent un intérêt émotionnel quand on y pense. Je réfléchis pas mal à tout ça, tout en essayant de ne pas trop me prendre la tête pour que ça donne des chansons simples et agréables à écouter, sans être pleurnichard. Pour moi, c’est assez difficile de ne pas parler de ces choses-là, quotidiennement relayées en masse sur Facebook et à la TV. »

Un gamin, très mature pour son âge donc qui cite notamment Jeff Buckley pour référence.

« Un des compositeurs les plus puissants selon moi est Jeff Buckley. Ses paroles, sa manière de jouer de la guitare, ses arrangements… Même s’il parle de choses dépressives, il avait cette conviction en lui qui fait que sa musique est incroyable en toute circonstance. J’aimerais bien devenir comme lui. »

Devenir comme Jeff Buckley ? C’est tout ce qu’on lui souhaite, d’autant qu’un bel avenir semble s’offrir à lui. Talent à suivre, on vous aura prévenu !

 

À propos de l’auteur

Entre la France et l'Angleterre, entre la presse et le web, dopée à la culture, et amoureuse de musique. Au saut du lit, sous la douche, dans la voiture, dans les oreilles, sans raison et en toutes occasions. De Gainsbourg à Kings of Leon, en passant par les Arctic Monkeys, Lana del Rey et Woodkid, la musique est éclectique ou n'est pas.