Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

On a croisé LP aux Déferlantes Sud de France

0

Gainsbarre aurait flashé sur elle. Dégaine doucement sauvage, voix puissante et silhouette frêle ; LP c’est la simplicité en deux lettres, le genre d’artiste aux doux contrastes. Propulsée par son titre « Lost on You » , l’auteure, compositrice et désormais chanteuse fait aujourd’hui figure d’un talent à suivre de près, trop longtemps resté dans l’ombre. Ce week-end, elle a transcendé le public des Déferlantes, Live Arena avec.

Live Arena : Si tu devais tirer le portrait de ta vie depuis un an, à quoi ressemblerait ton cliché ?

LP : Je pense que ça ressemblerait à un tas de gens, genre des millions de gens en pixels. Et au milieu, probablement moi en train de sourire (rires).

LA : D’ailleurs, que dirais-tu à la LP qui a écrit « Lost On You » il y a quelques années ?

LP : Je lui dirais probablement : « Ne t’en fais pas autant et continue d’écrire. Continue parce qu’il y aura toujours des gens qui ressentent les choses au même moment. Ne perds pas espoir non plus, tu arriveras toujours à retomber sur tes pattes. »

LP-concert-festival-deferlantes-2017

© Antoine Subias

Je pense que tout le monde est un peu bizarre

LA : Sommes-nous tous étranges, comme tu le chantes ?

LP : Je pense que tout le monde est un peu bizarre. La vie humaine et les expériences sont des choses bizarres. Les choses qui ont de l’importance pour nous, les choses qu’on fait par amour, les choses qu’on fait par cupidité. Mais je suis sensible aux gens qui arrivent à trouver leur voie à travers les choses qu’ils aiment. Je suis toujours heureuse lorsque je vois quelqu’un qui fait quelque chose qu’il aime ou bien quelqu’un qui vit de manière honnête/sincère. Donc parfois, même si j’ai l’air bizarre aux yeux des gens, en fait je ne le suis pas tant que ça.

LA : Le Ukulélé, pour une nuit ou pour la vie ?

LP : Pour la vie. Cet instrument aura toujours une place à part pour moi. C’est un instrument très intime et informel, c’est une raison pour lesquelles je me tiens ici, c’est un des instruments avec lesquels je me sens le plus moi-même. Lorsque j’ai écrit Lost on You ça a commencé à l’arrière de mon van pendant une tournée et quelques accords. J’avais les paroles dans le tête. Si j’avais attendu d’avoir ma guitare, le résultat n’aurait pas été si spontané. Le Ukulélé fait vraiment partie de moi. J’aime vraiment cet instrument. Je le trouve très intense.

À propos de l’auteur

I've always loved writing. As I've always dreamn to be part of the crowd, at Woodstock, bare feet, carried away by the music and fixed in the moment. I would have loved to live at the time of « Gainsbarre »... I listen to Tame Impala and dance in my knickers in the morning to Baxter Dury when I'm alone. It's my reason to get up in the morning, after coffee.