Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Prince : du nouveau dans l’affaire « Deliverance »

0

Hier, « Deliverance » , premier EP à titre posthume du grand prêtre de la pop était officiellement annoncé pour le 21 avril. Une sortie aujourd’hui compromise par les héritiers de Prince qui souhaitent avoir gain de cause dans cette affaire. 

Un accord de confidentialité biaisé

C’est le grand sujet autour des tabloïds. A quelques jours de l’anniversaire de la mort de Prince, le producteur George Ian Boxill faisait la promotion du premier EP à titre posthume de l’artiste, baptisé « Deliverance » . Cet EP, il l’a travaillé aux côtés de l’artiste, entre 2006 et 2008, avant d’en retravailler quelques morceaux. Un geste de bonne et due forme pourtant non sans conséquences pour le producteur qui se retrouve aujourd’hui sur le banc des accusés. Pour rappel, depuis la diffusion de l’extrait promotionnel, les successeurs de Prince accusent Boxill de « vouloir exploiter une ou plusieurs chansons pour son gain personnel au détriments des héritiers de Prince » (KSTP). Il est donc question de cinq chansons (dont « Deliverance ») qui leur appartiennent sur le plan légal. La plainte déposée comprend notamment d’autres accusations telles que la violation de l’accord de confidentialité passée entre le défunt artiste et le producteur. Au total, Georges Ian Boxill risque la restitution des morceaux dont la somme équivaut à 70.000 et la non publication du fameux EP.

Depuis hier, cette première bataille a été remportée par les proches de Prince : un juge fédéral a délivré une ordonnance restrictive temporaire valable jusqu’au 3 mai pour annuler la sortie en date de « Deliverance ».

Quand aux fans qui avaient d’ores et déjà pré-commandé le premier extrait de « Deliverance » , ils n’ont pas reçu le fameux mais bel et bien un tout autre titre inédit de Prince. Affaire à suivre.

À propos de l’auteur

J’ai toujours aimé écrire. Comme j’ai toujours rêvé d’être dans cette foule, au festival de Woodstock, les pieds nus emportée par la musique et figée dans l’instant. J’aurais aimé vivre à l’époque « Gainsbarre »... J’écoute du Tame Impala et danse en culotte le matin quand je suis seule sur du Baxter Dury. C’est une raison pour me lever le matin. Après le café.