Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

The Lemon Twigs : rencontre avec un duo rock, volatile et explosif

0

À seulement 20 ans les deux frères New Yorkais, Brian et Michael D’Addario de The Lemon Twigs, n’ont rien à envier aux plus grandes Rockstars. Avec leur son 60’s, leur style déroutant et leur premier album « Do Hollywood », ils ont bouleversé l’univers rock et pop tout entier, s’affichant comme l’une des révélations de l’année. 

L.A : Depuis la sortie de votre premier album « Do Hollywood » , vous apparaissez comme la relève du rock sixties. Comment vivez-vous cette ascension ?

Brian : Je ne sais pas si c’est ce que tout le monde a décidé, mais je pense que c’est bien de se dire que quoi que l’on fasse, les gens seront toujours derrière nous. Ca me semble plutôt cool, nous aussi on suivait les artistes qu’on adorait. Mais je ne sais pas si c’est vrai pour autant, l’avenir nous le dira.

L.A : Pourquoi les Lemon Twigs ? Comment vous est venu ce nom ?

Brian : C’était un éclair de génie.. mais probablement pas la meilleure idée. Enfin, ce n’est pas grave parce la plupart des noms de groupe ne sont pas bons, le nôtre ne fait pas exception à la règle. C’était juste une idée lancée au hasard… Une erreur de jugement (rires).

L.A : Quand deux frères travaillent ensemble dans le monde de la musique, c’est souvent… compliqué. Comment ça se passe de votre côté ?

Michael : Volatile, explosif, dangereux et extrêmement impressionnant.

Brian : Je ne sais pas. Je ne veux pas contredire ce que mon frère vient de dire alors je vais en rester là.

Je pense qu’il y a toujours autant de possibilités aujourd’hui que dans les années 70.

Lemon-Twigs-interview

©mathewparrithomas

L.A : « Do Hollywood » a été enregistré avec un budget limité. Vous voyez plus grand pour votre prochain album ?

Michael : Quand tu as de l’argent à dépenser à droite à gauche, tu as trop d’options, alors ça devient difficile de se décider et de se mettre au travail. Si on n’a pas le choix et qu’on doit le faire d’une certaine manière tout va plus vite. Par exemple, composer le prochain album nous a pris énormément de temps, en tout cas beaucoup plus que lorsque nous n’avions pas le choix.

L.A : D’un point de vue rythmique, vos chansons partent totalement en live. D’où vous vient cette tendance à jouer avec la cadence ?

Brian : Je pense que ça vient de l’écriture de nos chansons et qu’on arrive à un moment où l’on s’ennuie. C’est à ce moment qu’on décide de changer de rythme au lieu de nous cantonner à ce qu’on a commencé. Dans la plupart des musiques que j’écoutais à ce moment, n’importe quelle musique qui n’est pas du rock, comme la musique classique par exemple, il y a des changements de tempo, et c’est ça que je voulais reproduire. C’est comme ça que je me voyais composer mes chansons.

L.A : Le rock, c’était mieux avant ?

Michael : Je pense que c’était plus populaire donc plus de gens en faisaient mais peut être que c’est toujours le cas aujourd’hui, même plus… Peut être que ça semblait plus important. Comme cela ne faisait que 20 ans à l’époque, les gens avaient plus d’opportunités et plus de place pour imposer leur style. Je pense qu’il y a toujours autant de possibilités aujourd’hui que dans les années 70 tant qu’on continue d’y exprimer sa propre personnalité, le résultat restera toujours unique. Tant que les gens continuent de donner de leur propre personnalité, il y aura aura toujours des possibilités. Finalement, je pense qu’il y aura toujours autant de possibilités que d’individus dans le monde.

L.A : Vous avez déclaré que votre prochain EP « Brothers Of Destruction » sera le dernier chapitre de votre période « Do Hollywood » . Comment allez-vous aborder le futur du groupe ?

Brian : Je pense qu’on va faire un concert totalement différent cette fois-ci, en y incorporant les thématiques de notre prochain album. On veut faire un album-concept. On prendra probablement certains thèmes de l’histoire de l’album pour les intégrer à notre show, et le rendre plus singulier de ce que l’on fait maintenant, qui est plus une sorte d’échantillon de plein de choses que l’on est capable de faire. C’est ça, notre premier album était un échantillon, et celui là, sera plus concret.

À propos de l’auteur

Guitariste et passionné de musique depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours vécu au rythme des chansons que j'écoutais. Rock, Blues, Reggae, Rap, musique du monde… En passant des Clash à Rodrigo y Gabriela ou encore de David Bowie jusqu’aux Arctic Monkeys, je suis toujours curieux de découvrir de nouvelles choses et de les faire partager autour de moi.