Suivez toute l'actualité Musicale et bien plus encore ! Vivez votre passion... chaque jour !

Trouver un job dans l’industrie musicale : les 9 commandements

0

Ton CV est prêt, toi aussi. Tu cherches un job dans l’industrie musicale et tu sais déjà que ce ne sera pas une mince affaire ? Rassure toi, nous avons les 9 commandements qui vont te permettre de prendre ton envol et par conséquent (on te le souhaite de tout coeur) ne pas connaitre le chômage !

#1 : Sur Adobe, ton CV tu créeras

Futur travailleur, si il y a une erreur que tu ne dois jamais (tu m’entends : JAMAIS) commettre sur la création de ton cv, c’est de le réaliser sur Word. Ce terme, appelé aussi celui dont on ne prononce pas le nom, est un pêché au sens le plus littéral qui soit. Si, toutefois, cette sordide idée t’aurais traversée l’esprit et que tu serais allé(e) jusqu’à éditer ton expérience dessus : brûle le document, va prendre l’air et reviens sur Terre !

La suite Office est un nom à bannir lorsque l’on travaille dans ton milieu ! Il est crucial d’exprimer ton profil sur des logiciels créatifs et indispensables à tes bagages comme In Design ou Illustrator. La communication est le bras droit de l’industrie musicale, montre à ton employeur que tu vis avec ton temps : la première impression est souvent la bonne alors… Ne le déçoit pas, s’il te plait.

#2 : Une belle photo, tu feras

La cadre blanc avec une bordure façon « être mystère » : oublie. La photo d’identité agrafée : n’y penses même pas. Le selfie avec la duck face : ne fais pas ça, c’est bizarre. Toi, entouré(e) de tes potes à Rock en Seine avec les bras de Michel qui s’immiscent sur tes épaules : sérieusement, à quoi tu penses ?

C’est une des choses que tu es censé(e) savoir si tu travailles dans la com’. Ta photo doit être classe, sans artifices. Cela ne doit pas être un book, ni un condensé de souvenirs de famille. Enfile un top ou une veste sympa, n’exagère rien dans tes cheveux et accessoires et le tour est joué ! En fait, il faut que tu trouves un juste milieu entre #jesuissérieux et #jesuiscool. L’avantage d’une photo bien réussie, c’est qu’en plus d’être profitable sur ton CV, tu peux l’utiliser à bon escient sur les réseaux sociaux professionnels (là aussi, on aime bien voir ta tête).

 

#3 : Un site Internet, tu mettras en ligne

WordPress, Wix, Canalblog, Overblog… Tous les supports sont bons et facilement manipulables pour créer ton blog. Parce qu’avoir ton blog, c’est une carte en plus à jouer, un moyen de prouver que tu sais miser sur le web mais aussi et surtout d’exposer ton portfolio, quel qu’il soit. Si, comme dans ton cas, tu es dans la musique, montre leurs de quoi tu es capable : si tu as tes propres sons, poste les (redirigé de ta chaîne Youtube ou de ton SoundCloud) et si un sujet te passionnes, rédige dessus ! Peu importe l’art et la manière : sois crédible !

 

#4 : Ton image sur le web, tu contrôleras

Bon, qu’on se mette d’accord : il n’est pas question que tu affiches cette photo où tu as une clope, binouze ou autre substance traduisant ta soirée du week-end dernier. Tu es dans l’industrie musicale, il est indispensable que tu saches que Internet et musique ne font qu’un de nos jours : c’est une des raisons pour lesquelles il est essentiel que l’on ne tombe pas sur n’importe quoi en tapant ton nom sur Google.

Alors soit (comme énoncé dans le 3ème commandement) tu crées un blog à ton nom en y insérant ton CV et ton portfolio, soit tu détaches ton compte perso de tout ça et tu te crées des comptes pros ! Il n’est pas obligatoire d’être présent sur chacun des réseaux sociaux et il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes : un compte pro Facebook ne te servira pas à grand chose, cependant il sera judicieux de te créer un profil sur LinkedIn ou encore Twitter (véritables maîtres et leviers en la matière). L’un va te permettre d’agrandir ton réseau professionnel et de te connecter à des offres d’emplois, tandis que l’autre va te mettre à la une des dernières news en la matière. Dans tous les cas, apprend à connaitre ces outils pour bien les manipuler !

 

#5 : Des cibles, tu auras

On le sait tous, lorsque l’on sort des études, on a qu’une priorité : trouver un job (et celui de nos rêves, si possible). Seulement voilà, il y a un job faux pas qu’il ne faut surtout pas commettre : l’envoi de candidatures par milliers. Bien que cette technique ait été souvent promulguée fût un temps, il est inutile de bombarder la terre entière. D’abord, tu ne vas plus t’y retrouver et ensuite : comment veux-tu personnaliser chacune de tes lettres et terminer tout ça avant l’année prochaine ?

Pour y voir plus clair, établis une liste des entreprises que tu vises : utilise ton réseau, tes connaissances, Internet… Ensuite, n’oublie jamais que ta lettre de motivation ne doit pas être aseptisée et classique, tu dois montrer que tu connais l’entreprise pour laquelle tu postules et mettre en avant tes talents qui pourraient lui apporter ce petit plus.

 

#6 : Incollable sur la musique, tu seras

Il est évident que l’actualité musicale ne doit avoir aucun secret pour toi. Que ce soit sur papier ou sur la toile, abonne toi aux médias qui te plaisent ! Cette culture peut même te permettre de découvrir une start up dans laquelle tu pourras peut être envoyer ton CV… Qui sait ?

 

#7 : Ton expérience professionnelle, tu construiras

On connait tous ces fameuses phrases : « Vous n’avez pas assez d’expérience » , « On cherche quelqu’un avec une expérience similaire d’au moins trois ans« . On le sait, c’est à ce moment là que tu as envie d’hurler à la Terre entière : « Mais comment voulez-vous j’ai cette foutue expérience si personne me donne la chance de commencer ?! » . C’est pas évident, et c’est peut être pas la logique de tout le monde, on le sait. En attendant, on a trouvé quelque chose qui certes, te fais travailler pour la gloire, mais qui va te donner cette fameuse expérience dans des conditions plutôt cool en plus. J’ai nommé : le bénévolat ! Dans la musique, c’est un passage obligatoire si tu veux confirmer ton expérience. Et pour ça, les offres ne manquent pas alors fonce !

#8 : L’esprit ouvert, tu auras

Il est parfois dur de faire face à la réalité mais gardons les pieds sur Terre : que tu sois diplômé(e) d’une grande école ne signifie pas forcément que tu auras ta place gardée bien au chaud dans un grand label de musique. L’industrie musicale est un univers aux larges possibilités : si tu es plus festival, tu peux trouver un job dans l’événementiel et si tu préfères trouver la perle rare, tu peux toujours travailler dans une agence de booking. En somme : ne ferme aucune porte !  Sache aussi qu’il y a des sites d’offres d’emploi spécialisés dans ton milieu comme Profil Culture et des tas de groupes Facebook comme celui-ci.

 

#9 : Ton réseau, tu fonderas

Personne n’y échappe : le réseau à la sortie des études, c’est un grand silence radio. Il est donc vital pour ton avenir professionnel de t’en construire un. Pour cela, tous les moyens sont bons : participe à des événements, apporte ton aide à des projets musicaux, fais parler de toi et ouvre toi à des milieux que tu connais pas forcément.

 

Voilà, tu n’as plus qu’à rajouter ces 9 commandements dans te bagages. Fais en bon usage, on est tous avec toi !

 

À propos de l’auteur

I've always loved writing. As I've always dreamn to be part of the crowd, at Woodstock, bare feet, carried away by the music and fixed in the moment. I would have loved to live at the time of « Gainsbarre »... I listen to Tame Impala and dance in my knickers in the morning to Baxter Dury when I'm alone. It's my reason to get up in the morning, after coffee.